De l'art dans le quartier

Un projet MUS-E avec Raïsa Vandamme, Mona Marchetti, Patries Wichers, Florence Aignier, Sophie Vanhomwegen et les écoles Sint-Albert, La Plume, Nieuwland, Baron Steens, De Wimpel et Les jardins d'Elise. En collaboration avec VaartKapoen, festival Molem ma belle, Minderhedenforum, la commune de Molenbeek - service population, GC Elzenhof, Centra Alpha Malibran, Brede School Ixelles, Flagey, café Belga, Ellis Burger, Fleur du pain, Institut d'achitecture, CARIA (group Alpha) et la piscine de Bruxelles.
Ixelles, Molenbeek-Saint-Jean, Bruxelles

De l'art dans le quartier est un projet destiné à améliorer le dialogue interculturel et à favoriser la cohésion sociale. De l’école à la rue : trois nouvelles œuvres d’art pour et par les Bruxellois. 

Een jonge vrouw toont verschillende kunstwerk aan een diverse groep vrouwen

Identité

De l'art dans le quartier est un projet participatif bilingue mis en œuvre dans trois communes : Molenbeek-Saint-Jean, Bruxelles et Ixelles. Les artistes MUS-E travaillent sur le thème de l’identité durant une cinquantaine de séances dans différentes écoles fondamentales et une vingtaine de séances en compagnie d’adultes. Ils prennent leur propre pratique comme base pour traduire ce thème en un projet centré sur le cadre de vie de tous les participants. Le processus créatif et expressif enclenché débouche finalement sur une œuvre collective montrée dans l’espace public. 

Qui suis-je ? Quels sont mes rêves ? Mes souvenirs ? Quelle est ma vision du monde ? Quelles sont les choses qui nous relient ? 

Foto met tekst 'J'aime observer le ciel'

Molenbeek, Bruxelles et Ixelles

À Molenbeek, les artistes MUS-E travaillent sur les thèmes de l’identité et du quartier où l’on vit. Ils rassemblent des photos, des dessins et des textes sur lesquels ils posent du papier transparent. Ensuite, ils proposent aux habitants et aux passants de composer un portrait. Les habitants forment ainsi une nouvelle « carte d’identité » collective. L’ensemble constitue un portrait de Molenbeek qui est exposé comme œuvre d’art au Centre administratif. Des cartes postales sont également distribuées et des reproductions de grand format réalisées pour les écoles. 

À Bruxelles, les riverains et les enfants de l’école fondamentale Sint Joris partent à la recherche d’objets que nous emportons avec nous. Ces objets ont peut-être l’air insignifiant, mais ils sont souvent porteurs d’un récit personnel. Les enfants reçoivent aussi des appareils jetables avec lesquels ils photographient leur chambre. Ensuite, on travaille avec ces photos, ces dessins, ces textes et ce matériel iconographique. Une peinture sur vitre est également réalisée à l’entrée de l’école. 

Een vrouw met buggy wacht aan een tramhalte waar een kunstwerk op aangebracht werd

Qu’est-ce qui nous rend uniques ? Que voulons-nous montrer et que voulons-nous cacher ? Ces questions forment le point de départ des ateliers ixellois. Des portraits photographiques où les gens ne sont jamais tout à fait reconnaissables sont réalisés. Ces photos servent à créer un portrait collectif, une œuvre d’art qui nous rapproche et dans laquelle les histoires individuelles cachées sous-jacentes convergent. Des autocollants de vitrine grandeur nature sont appliqués à onze endroits autour de la place Flagey comme autant d’œuvres plus petites faisant référence aux grandes. Quelque 5000 cartes postales sont également distribuées.

En faisant connaissance avec les parents et leurs conditions de vie, j’ai pu acquérir un regard plus large et plus réaliste sur ce que signifie grandir à Bruxelles. 

Raisa Vandamme